Jamf Blog
Young student using iPad secured by Jamf

Renforcer la cybersécurité dans l’éducation

Les écoles sont une cible de choix pour les cybercriminels qui cherchent à s’emparer d’informations personnelles. Dans cet article de blog, vous découvrirez comment les établissements scolaires peuvent favoriser la citoyenneté numérique tout en protégeant leurs élèves et leur réseau contre les cybermenaces.

De nombreuses écoles du monde utilisent les technologies en classe, sous la forme de tableaux blancs intelligents, de tablettes ou d’ordinateurs portables, par exemple. Les élèves réalisent la majeure partie de leur travail sur leurs appareils, à l’école comme à la maison.

Quand ils quittent l’école, ils n’oublient pas ce qu’ils ont fait. Pour cette raison, il ne faut pas se contenter d’indiquer les règles à suivre aux élèves : il faut leur enseigner les principes de la citoyenneté numérique et la prudence en ligne. La tâche n’est pas simple : Internet est parsemé de menaces et de contenus inappropriés, tous à portée de main. Outre l’apprentissage et l’enseignement, les écoles doivent s’intéresser aux bonnes pratiques Internet pour les enseignants, les administrateurs et les élèves.

L’Office de technologie pédagogique du ministère américain de l’Éducation a récemment publié un document d’information sur l’infrastructure numérique des établissements d’enseignement primaire et secondaire (le K-12 digital infrastructure brief). Ce document guide les écoles dans la mise en œuvre d’une infrastructure numérique résiliente et sécurisée. Dans cet article, nous évoquerons les idées mises en avant dans ce document et nous verrons comment Jamf peut aider les écoles à atteindre leur objectif : donner aux élèves la possibilité d’explorer Internet de façon sûre et productive.

Internet à l’école

Internet fait partie de la vie. C’est vrai, nous préférerions que les jeunes élèves évitent le Web ; mais ils seront nécessairement amenés à l’utiliser pour travailler, se divertir et communiquer, entre autres. Les écoles forment la prochaine génération de citoyens numériques. À ce titre, il leur appartient d’aménager un lieu sûr pour permettre aux élèves d’étancher leur curiosité et de profiter des outils d’Internet.

Plusieurs principes aideront les écoles à atteindre cet objectif :

  • Prévenir plutôt qu’espionner : empêcher l’accès aux sites à risque ou inappropriés, sans surveiller le moindre geste des élèves
  • Autoriser les élèves à explorer tout en leur apprenant à naviguer en toute sécurité
  • Enseigner la « curiosité avec des limites » afin que les élèves apprennent les bonnes pratiques, au lieu de subir des règles arbitraires inexpliquées

Et cela n’a rien de simple. Les écoles sont souvent considérées par les cybercriminels comme des cibles de choix parce qu’elles détiennent une foule d’informations personnelles et sont rarement équipées de protections de sécurité adéquates. En 2022, 78 % des écoles ont été victimes de cyberattaques au Royaume-Uni ; 45 districts scolaires américains ont été touchés par des attaques de ransomware, et les écoles australiennes ont été attaquées, en moyenne, toutes les sept minutes. Quel que soit l’angle statistique choisi, les écoles sont la cible des pirates, et beaucoup n’ont pas les ressources ou le savoir-faire nécessaires pour maintenir leurs défenses.

Comment les établissements scolaires peuvent-ils faire face ?

Un cadre global pour la sécurité sur Internet

La mise en place d’un cadre de sécurité Internet, conçu pour protéger les élèves et le réseau d’une école, concerne tous les acteurs : le corps enseignant, le personnel de l’école, les élèves et les parents. Commençons par l’équipe informatique, en mentionnant quelques outils et procédures qui fourniront un bon point de départ :

  • Le filtrage du contenu, pour empêcher automatiquement l’accès au contenu inapproprié
  • Les logiciels de prévention des menaces, pour prévenir et atténuer les cybermenaces
  • Les programmes de formation, pour enseigner les bonnes pratiques de cybersécurité aux élèves, aux enseignants, aux parents et aux administrateurs.

Les écoles doivent connaître leur profil de risque : quels sont les points faibles qui pourraient permettre à un attaquant de pénétrer dans le système ? Il faut penser à tous les utilisateurs, avec leurs appareils et leurs réseaux, ainsi qu’à tous les fournisseurs connectés aux ressources de l’école. Une fois ce profil évalué, vient le moment de :

  • Mettre en place des mesures préventives en trouvant le juste équilibre entre sécurité et simplicité d’utilisation.
  • Maintenir les logiciels à jour.
  • Créer un plan robuste de rétablissement en cas d’attaque, afin d’en atténuer l’impact et de revenir à la normale le plus rapidement possible.
  • Élaborer un plan de résilience à long terme qui va évoluer avec les cybermenaces pour garder une longueur d’avance.

À lire également : Introduction à la gestion des technologies de l’éducation

Enseigner la citoyenneté numérique

Tous les systèmes de sécurité ont un point faible, et ce sont les utilisateurs. Mais les écoles peuvent y remédier :

  • En concevant des cours de sécurité sur Internet adaptés à l’âge des élèves.
  • En formant le corps enseignant et le personnel à reconnaître les risques en ligne et à bien réagir.
  • En incitant les parents à s’impliquer et à promouvoir de saines habitudes concernant l’utilisation d’Internet, surtout si les élèves peuvent ramener leur appareil à la maison.

L’éducation est bien plus efficace que l’interdiction. Les élèves sont protégés par leurs propres connaissances plutôt que par le comportement de l’appareil : ils seront donc mieux armés lorsqu’ils n’utiliseront plus les appareils scolaires.

Jamf Safe Internet

Jamf Safe Internet s’intègre à Jamf School pour protéger les appareils Apple, Google OS et Windows OS. Utilisable par les enseignants comme les techniciens informatiques, Jamf Safe Internet applique des règles de sécurité prédéfinies ou personnalisables. Grâce à ses puissantes capacités de filtrage de contenu, cet outil offre une protection de niveau entreprise. Il s’appuie sur une base de données de près de deux millions de domaines filtrables et utilise le machine learning pour évaluer les risques du réseau en temps réel.

Jamf Safe Internet empêche les élèves d’accéder à des sites inappropriés et bloque les liens malveillants. Par exemple, si un élève reçoit un e-mail de phishing convaincant et clique sur le lien, Jamf Safe Internet empêchera l’accès au site : l’élève ne risquera pas de se mettre en danger ou de compromettre votre réseau en divulguant des informations critiques.

Lisez notre e-book pour tout savoir sur le filtrage de contenu pour les établissements primaires et secondaires.

S'abonner au blog

Recevez directement dans votre boîte mail les tendances du marché informatique, les mises à jour Apple et les actualités Jamf.

Pour en savoir plus sur la manière dont nous collectons, utilisons, partageons, transférons et protégeant vos informations personnelles, veuillez consulter notre Politique de confidentialité.